Paroles de chanson et traduction Camela - Ellos

Soy Josefina, vengo de Bolivia, dejé mi país, a mis hijos,mi família... No hay nada más triste, más doloroso tener que dejarlos,pero también vivo con la esperanza,con la ilusion,de que, sé que algun dia estaré con ellos,todo este esfuerzo,todo este sacrificio,todo este dolor que tengo aquí,es muy fuerte.Pero también sé que el dia de mañana,estaré con ellos y no habra dicha más grande que estar con ellos.
Je suis Joséphine, je viens de Bolivie, j'ai quitté mon pays, mes enfants, ma famille ... Il n'y a rien de plus triste, plus pénible d'avoir à quitter, mais j'ai aussi vivre dans l'espérance, dans l'espoir que, je sais qu'un jour je serai avec eux, tous ces efforts, tout ce sacrifice, toute cette douleur que j'ai ici, est très fuerte.Pero sais aussi que demain, je serai avec eux et qu'il ne sera pas plus grand qu'eux.

Por desgracia en la tierra, siempre hay fronteras, fronteras que cierran, que encierran miserias, ellos se ayudaran siempre en sus caidas, ellos intentan que sobre la alegria, estan unidos, todos forman uno, todos con la misma ilusión.
Malheureusement, sur la terre, il ya toujours des limites, des frontières fermées, enfermant misères, ils ont toujours aider leurs tombée, ils essaient de joie, sont unis, tous sont un, tous avec le même enthousiasme.

Ellos, se acurrucan en sus sueños para olvidar sufrimientos,soñando un mundo mejor.
Ils se blottissent dans leurs rêves pour oublier la souffrance, rêvant d'un monde meilleur.

Ten siempre presente que en cualquier callejón,ay un dolor,si entre todos les mandamos un soplo de cariño,pronto aliviará ese dolor.
N'oubliez jamais que dans une ruelle, ay une douleur, si ensemble nous envoyer un souffle d'amour, la douleur sera facilité bientôt.
Ten siempre presente que en cualquier corazón,verás amor,sea de el tó lo que sea de cualquier cultura,de cualquier pueblo o religión.
N'oubliez jamais que dans n'importe quel coeur, vous allez adorer le tout à tout ce que la culture, aucun peuple ou religion.

Lo que más duele es ver como les marginan,y les desprecian y aveces les insultan,no se dan cuenta que somos iguales,todos somos hijos de un dios.
Encore plus douloureux, c'est de voir comment les marginaliser, et parfois ils méprisent et les insulter, ne se rendent pas compte que nous sommes égaux, nous sommes tous des enfants de Dieu.

Ellos, se acurrucan en sus sueños para olvidar sufrimientos,soñando un mundo mejor.
Ils se blottissent dans leurs rêves pour oublier la souffrance, rêvant d'un monde meilleur.

Ten siempre presente que en cualquier callejón,ay un dolor,si entre todos les mandamos un soplo de cariño,pronto aliviará ese dolor.
N'oubliez jamais que dans une ruelle, ay une douleur, si ensemble nous envoyer un souffle d'amour, la douleur sera facilité bientôt.
Ten siempre presente que en cualquier corazón,verás amor,sea de el tó lo que sea de cualquier cultura,de cualquier pueblo o religión.
N'oubliez jamais que dans n'importe quel coeur, vous allez adorer le tout à tout ce que la culture, aucun peuple ou religion.

Ellos són...
Ils sont ...

(Gracias a Sheila por esta letra)
(Merci à Sheila pour cettes paroles)


Traduction par Anonyme

Ajouter / modifier la traduction
Email:

P