Paroles de chanson Florent Mothe - On Ira (duet with Judith)

(Jean-Jacques Goldman) - reprise de Jean-Jacques Goldman

On partira de nuit, l'heure où l'on doute
Que demain revienne encore.
Loin des villes soumises, on suivra l'autoroute.
Ensuite, on perdra tous les nords.
On laissera nos clés, nos cartes et nos codes
Prisons pour nous retenir
Tous ces gens qu'on voit vivre comme s'ils ignoraient
Qu'un jour, il faudra mourir et qui se font surprendre au soir.

Oh belle ! On ira, on partira toi et moi, où ? Je sais pas.
Y'a que les routes qui sont belles
Et peu importe où elles nous mènent.
Oh belle ! On ira, on suivra les étoiles et les chercheurs d'or.
Si on en trouve, on cherchera encore.

On n'échappe à rien, pas même à ses fuites.
Quand on se pose, on est mort.
Oh ! J'ai tant obéi, si peu choisi, petite et le temps perdu me dévore.
On prendra les froids, les brûlures en face.
On interdira les tiédeurs
Des fumées, des alcools et des calmants cuirasses
Qui nous ont volé nos douleurs, la vérité nous f'ra plus peur.

Oh belle ! On ira, on partira toi et moi, où ? Je sais pas.
Y'a que des routes qui tremblent.
Les destinations se ressemblent.
Oh belle, tu verras, on suivra les étoiles et les chercheurs d'or.
On s'arrêtera jamais dans les ports, jamais.

Belle ! On ira et l'ombre ne nous rattrapera peut-être pas.
On ne changera pas le monde mais il ne nous changera pas.
Ma belle ! Tiens mon bras, on s'ra des milliers dans ce cas
Tu verras et même si tout est joué d'avance, on ira, on ira.
Même si tout est joué d'avance à côté de moi.
Tu sais, y'a que les routes qui sont belles.
Et crois-moi, on partira, tu verras, si tu me crois, belle !
Si tu me crois, belle, un jour, on partira !
Si tu me crois, belle, un jour...



Email:

P