Paroles de chanson K (Nicolas Michel) - Mes Aieux!

mes aieux se rappellent un peu
des routes qui mènent à l'esclavage,
mon grand père rallumait le feu
dans les mines anciennes pour le forage,

aujourd'hui l'usine a fermé
il ne reste rien dans la terre,
par ici on cherche à manger
et ma mère est morte hier.

j'ai prié les dieux de mes pères
j'ai pris mes affaires, quelques lambeaux,
pour aller vers cette autre terre
vue publicitaire sur les panneaux,

on y voit ces gens souriants
et des voitures décapotées
s'enlacer les cheveux au vent
en buvant du nescafé.

j'ai vendu mon corps et mes biens
pour pouvoir payer mon billet d'avion,
arrivé à genève-cointrin
on m'a demandé quel était mon nom

je leur ai tendu mes papiers
ils m'ont dit que c'était des faux
j'ai eu beau pleurer, supplier
les mains attachées dans le dos.

je t'écris depuis la prison
je t'écris pour te demander qu'elle est mon crime
aujourd'hui j'ai plus de maison
je veux pas rentrer tout est en ruine

il se peut bien que ces barreaux
qu'on m'a offerts pour horizon
soient fondus des mêmes métaux
issus des terres de mes parents.

Je te répond de cette scène
pour te dire que j'irai voter
contre ses lois qu'on nous assène
et qui tirent sur nos libertés

je choisis un monde en couleurs
où l'on peut encore s'embrasser.
sans arrière pensée et sans peur
je crois qu'on a déjà gagné.



Email:

P