Paroles de chanson Maurice Chevalier - Ma Pamplemousse

Elle avait l'air candide, la démarche timide,
Avec ça deux grands yeux bleus!
Quelqu'un l'avait en douce baptisée Pamplemousse
On n'a, ma foi, jamais bien su pourquoi

Dès que je la connus, sitôt elle me plut
Ma Pamplemousse pour sa frimousse
N'attendis pas un mois pour lui faire chez moi
Une vie douce, pleine de joie
Elle y vivait sereine, choyée comme une reine
Telle une châtelaine, elle avait tous les droits
Bref, nous vivions heureux sans qu'il y eut mon Dieu!
La moindre scène entre nous deux

Mais le bonheur sur Terre est souvent éphémère
Le cœur le plus aimant ment!
Un soir le coup fut rude, rentrant comme d'habitude
Pour le repas, je ne la trouvais pas.

Alors, sans me coucher, toute la nuit j'ai cherché
Ma Pamplemousse gentille et douce
Et je fus atterré lorsque les policiers
Mis à ses trousses, vinrent déclarer
Qu'ils avaient, oh! tristesse! aperçu la traîtresse
Savourant les ivresses d'un amour passionné
Mais quand elle est rentrée, l'air tout désemparé
L'œil en détresse, j'ai pardonné!

L'infortunée petite dut endosser les suites
Cruelles de son écart car!
Bientôt, surprise amère, elle est devenue mère
Ce fut pour moi un douloureux émoi

Fallait-il pour cela que je fasse un éclat,
Que je repousse Ma Pamplemousse?
Dès qu'elle mit au jour le fruit de ses amours
Je les pris tous et pour toujours!
La maison en est pleine, ils sont -ces phénomènes-
Une demi -douzaine qui font pipi partout!
...Car pour vous dire tout, Pamplemousse, entre nous,
C'est ma p'tite chienne dont je suis fou!



Email:

P