Paroles de chanson Booboo - C'est Mon Histoire

C’est mon histoire ça
Elle commence un 7 novembre

C’est mon histoire elle commence un 7 novembre 1988
Le dernier gosse d’une famille de 4 enfants
Un monde qui s’offre à moi donc moi qui s’offre à lui
Comme y’avait très peu de moyens avec mes frères on
partageait le lit
J’avais qu’un an quand mon père a quitté la maison
Maman demandait le divorce et lui il perdait la raison
J’te dis papa, en fait moi jt’ai pas trop connu
Avec le temps j’te dirais même que t’es qu’un
inconnu
Qu’Allah l’pardonne d’avoir abandonné ses gosses
Il dit qu’il bosse et qu’il a pas trop l’temps de
s’occuper de ses mioches
Et combien de fois jt’ai attendu mais personne
J’étais qu’un môme devant la porte qui attendait que
son père sonne
Avec le temps j’me suis dit que ma mère n’avait pas
tort
Que cet homme qu’était mon père n’était pas fort
Que mon point faible est devenu mon point fort
Car soit t’es un homme soit t’assume sois t’es mort
hein
Et combien de fois j’y ai cru quand tu parlais fort
Mais comme tu n’suais pas j’en ai conclu que tu
n’faisais pas d’effort
Un cœur qui battait fort et comme tout est écrit
Moi j’y crois pas alors putain d’ironie du sort
Tu n’es pas sûr de mon âge et de ma date de naissance
Et t’es pas là quand ça va pas à mon adolescence
Alors j’déconne en cours, j’enchaine les bêtises
Et j’ai connu le banc sal et la perquise
Ma mère qui pleure et personne pour la soutenir
Malgré tout ça tu sais sans toi elle a su tenir
A mes problèmes d’enfant elle a subvenu
Mais comment te dire que je n’peux pas changer de tenu
J’te demande pardon car je sais que t’es pas fier
De toutes ces choses que j’ai faites que tu m’as dis de
ne pas faire
Alors maintenant je suis bloqué dans un monde de douleur
Tellement dans la merde que j’pourrais devenir éboueur
Et pour l’heure j’rêve toujours de t’offrir cette vue
sur la mer
Mais plus j’avance et plus c’est l’océan que j’vois
sur les joues de ma mère
En attendant ce jour de malheur, j’te dédicace ce
morceau
A tout ces jours de bonheur que j’ai depuis le berceau
Et perso j’attendrais pas que tu partes pour qu’tu le
saches
Sais-tu seulement à quel point j’ai mal en moi quand on
s’fâche ?
Il faut que tu saches qu’à mes yeux tu représentes le
courage
Et tous les soirs j’demande à Dieu de t’surveiller du
haut de ses nuages
Mais bon un jour ou l’autre tout le monde doit partir
J’ai peur d’Allah mais j’crains ce jour parce-que pour
moi y’a pas pire
Et puis tu sais c’est pas l’pire si mes souvenirs
s’éparpillent
J’reste seul sur ma route, sur ma lancée j’serais
parti
Et pour la première fois ce soir je parle de ça
J’ai des frissons les larmes qui coulent en font trembler
ma voix
Maman je t’aime papa tu sais toi j’te connais pas
Bien sur qu’tu m’manques, bien sûr qu’j’ai l’seum
de pas avoir connu tes bras
De pas avoir connu les fois où tu souriais ou je riais
Où quand j’ai marché pour la première fois
Je n’t’en veux pas et aujourd’hui on peut dire que
c’est trop tard
J’espère juste être un homme, un vrai si j’deviens
père plus tard
Quand je serais fier quand mon fil me dit salut papa
J’veux pas échouer et qu’il se dise comme moi que ça
ça lui parle pas
A tous mes frères à toutes mes sœurs qui ont grandi sans
père
A tout les foyers dans le monde où l’homme est joué par
la mère

A tous ces jeunes, a tout ces petits, à tous ces grands
A tous ces frères, à toutes ces sœurs
A toutes ces mères, à tous ces pères
A tous ceux qui se plient en 4 pour la sûreté de leur
gosse

C’est le morceau de ma vie ça
Il commence un 7 novembre 1988

Y’a tellement de chose qu’on a sur le cœur tu sais
Avec le temps plus j’avance et plus j’me dis que la vie
est dure, je l’sais
Et puis je boss la vie comme elle vient
Ecoute c’que j’vis aujourd’hui c’est pas c’que
j’vise mais c’est bien
Alors petit à petit on dit que la fin est grandie
Aujourd’hui moi j’dis que Dieu il nous entend frère
On va réussir incha’Allah
J’dédicace ce morceau à ma mère.



Email:

P