Paroles de chanson Michèle Bernard - TGV

TGV
Michèle Bernard

Le paysage défile de plus en plus vite
Et l' soleil se cache comme un voleur
Les p'tits veaux s' courent après, la neige les excite
Et moi aussi, je cours après l' bonheur

Bonheur, es-tu là-bas tout au bout du quai
Ou t'ai-je oublié à la consigne?
Est-ce bien toi qui m'attends au bar d' l'arrivée
Ou toi qui sur le quai m'as fait un signe?

Dans le train à grande vitesse
Rien ne bouge, rien ne presse
Les têtes vont dodelinant
Suspendues au cou du temps
Entre deux adresses
Dans le train à grande vitesse
Chacun rumine ses soucis
Les vaches qu'on croise aussi

L' poulet froid fait la gueule sous son cellophane
Le contrôleur s'endort sous sa casquette
Y a des humains qui rêvent à de drôles de drames
Une vieille dame qui m'offre des galettes

Bonheur, dépose-moi dans l'odeur des gares
Tout au long de ces quais que tu délaisses
J' veux pas rater les rendez-vous du hasard
Signaux d'alarme, appels de tendresse

Dans le train à grande vitesse
Rien ne bouge, rien ne presse
Les têtes vont dodelinant
Suspendues au cou du temps
Entre deux adresses
Dans le train à grande vitesse
Chacun rumine ses soucis
Les vaches qu'on croise aussi

Au fond d' la nuit, on voit trembler les villages
Et les fermes s'enfuient, petits lampions
Les phares dessinent les routes avec leurs virages
Une usine tire un grand trait de néon

On te frôle, on te fuit, tu passes si vite
Tu te confonds à l'air, à l'eau qui brille
T'es comme un sourire échangé dans la vitre
Bonheur, petite lumière qui vacille

Dans le train à grande vitesse
Rien ne bouge, rien ne presse
Les têtes vont dodelinant
Suspendues au cou du temps
Entre deux adresses
Dans le train à grande vitesse
Chacun rumine ses soucis
Les vaches qu'on croise aussi



Email:

P